Mon sac cartable en cuir, le projet boulet!

Hello les filles!

 

On est entre nous, on ne va pas s’embarrasser des mensonges honteux que je vous ai fait sur les promesses de tenue de blog un peu plus sérieuse, mais s’enthousiasmer de la non-pression que je me mets pour produire du contenu!

Et sur ce dernier point, je me trouve plutôt pas mal^^.

Même si j’ai fini par me donner un coup de pieds aux fesses, parce que ce sac est fini déjà depuis quelques semaines et que j’avais juste la flemme de prendre la photo de couverture..

Alors, à la base de ce sac, il y avait des inspirations de cuir tout dur comme ceci :

(Merci de ne pas s’enflammer, on y est pas du tout!). Mais vous voyez l’idée générale ;).

Du coup, j’ai commencé par faire le gabarit, définir toutes les pièces.

Je n’avais de limites que mon imagination. Le souci avec mon imagination, c’est que somme toute, j’aime les choses assez classiques, mais bien faites (enfin, c’est le but ça, je vous dis pas du tout que c’est un succès, même souvent jamais^^).

Mais la encore, vous voyez l’idée. J’ai donc commencé par faire une poignée. Je voulais absolument la faire en volume. Je voulais apprendre cette « technique ». En fait, rien de plus simple, il faut juste mettre deux parties de cuir au milieu, comme un sandwich et replier le cuir extérieur dessus.

Après, on encolle, on colle,

Et tadaaaaam! ( de loin la pièce dont je suis le plus fière sur le cartable).

Après, il faut encore « astiquer » les bords, c’est une suite d’opération assez spécifique et longue pour rendre les bords jolis et doux. Vu que c’est assez long comme processus, les explications sont assez longues et pas forcément intéressantes, du coup, si qq1 est intéressé, je ferai un post spécifique ou même une vidéo pour que ce soit plus parlant.

L’ENCHAPPE

L’enchappe, c’est cette petite partie qui va retenir votre sangle et qui du coup, se doit d’être doublée cuir.

J’adore le rendu de l’enchappe (sur les photos suivantes, je ne montre que l’envers…), mais qu’est ce que c’est long!

Ici je gratte l’intérieur de l’enchappe pour qu’il adhère mieux quand je vais la coller aux côtés.

 

MOUHAHAHA, voila le sac quand je l’ai fini!!

Je ne m’étais pas rendu compte avant de coudre le dernier côté que je me destinais à un échec CUISANT!

Ahah, je vous laisse imaginer la looooose quand j’ai vu cette DAUBE!!

 

Du coup, après avoir eu envie de jeter ça à la poubelle, j’ai repris mes esprits et décidé de coller une doublure (bon honnêtement, aucun regret, parce que je n’y avais pas pensé 1 seconde au tout début du projet).

Donc vous le voyez le moment où il faut tout découdre?

Collage de la doublure

Ah nan, je dis pas, l’idée de la doublure était bonne!

(L’idée d’oublier de tout re-mesurer et donc de changer la longueur du sac afin que la poignée se trouve VRAIMENT sur le haut du sac ne m’a pas effleuré une seconde non plus) (la non plus, pas de regret) (je justifie toujours comme ça ma bêtise?!^^)(juste une immense envie de me débarrasser de ce projet boulet!)

Moi je l’aurais bien laissé comme ça, et de toute façon, je ne voyais pas d’autre solution que de le laisser dépérir tout seul. (Il ne l’aurait pas volé).

C’était sans compter l’idée magique (somme toute très banale vu de l’extérieur je vous l’accorde^^) de remonter la poignée et de refaire des pattes qui cacheraient les autres trous.

 

Et donc 3eme ROUND de moi contre mon sac!

Et voila mon petit bébé!!! (qui ne sert pour l’instant à RIEN parce que je n’ai pas acheté de chaîne…)

Pas mécontente de l’avoir fini comme on dit 😉

Je vous mets ici le vlog créatif du stage

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 réflexions au sujet de « Mon sac cartable en cuir, le projet boulet! »

  1. Je suis impressionnée par ton sac. Tu fais un CAP maroquinerie c’est ca? Je rêverais d’apprendre à coudre le cuir et je suis intéressée par les explications de comment astiquer les bords.
    Tu as tout cousu à la main? Comment tu fais pour piquer dans le cuir?
    En tout cas bravo d’être aller au bout de ce projet malgré toutes tes péripéties.

    • Oui, j’ai commencé un CAP en maroquinerie pour adultes, c’est une formation en 8 mois.
      Ah oui j’essaierai de faire une vidéo pour la couture à la main et pour l’astiquage aussi!

    • Alors pour ma part, c’est un CAP en 8 mois à temps plein (j’ai réussi à avoir la formation payée et mon salaire grâce à un congé de formation).
      Alors moi aussi, je suis vraiment épatée par les personnes qui apprennent toute seule. Surtout qu’il y a la connaissance du cuir (qui peut s’apprendre avec un bon bouquin), des techniques de montage, de couture, mais ce qui pour moi reste le plus dur à obtenir chez soi, c’est le travail sans les machines appropriées.
      A l’école, on a deux machines (qui coutent une blinde, donc cela dit, tu peux jamais les acheter, c’est de l’ordre de 50 000 euros), mais il existe des entreprises qui te les prêtent à l’heure (15 euro, déjà beaucoup plus abordable;) : l’une pour dés-épaissir le cuir, indispensable (sauf si tu choisis exactement la bonne épaisseur de cuir), et une pareuse, qui permet de des-épaissir juste les marges de couture, idéal pour ne pas avoir de « boudin » sur la couture. Et après, les machines à coudre du cuir, plus abordables en prix et qui permettent d’avoir un résultat beaucoup plus joli que sur nos machines à nous (je suis un peu dég, j’avais acheté ma machine expres pour qu’elle fasse le cuir, et en fait, aime pas le résultat :/)

      Mais, quelques lueurs d’espoirs la dedans 🙂
      il existe des cours du soir : Atelier Toolbox, les cours de la mairie de paris, et je pense que ça dispense les bases qui peuvent permettent de réaliser déjà de jolies choses!

  2. Merci pour cet article et ce vlog. J’ai trouvé très intéressant de découvrir l’atelier et les machines de ton lieu de stage. C’est chouette d’avoir accès à ça, ça me donne envie d’en voir plus encore!!!

    Ton petit sac est formidable. Et j’ai bien aimé suivre ton parcours dans cette confection.

    De mon côté j’expérimente un peu le cuir depuis quelques temps mais je suis parfois bloquée dans mes projets. Manque de connaissances, d’outils… Comme tu le dis, à domicile et en amateur, on ne peut pas faire l’acquisition de tout le matériel spécifique. Ca représente un trop gros budget. Que ce soit en terme de machines mais aussi en terme d’outils. Tranchet, pinces à coudre etc… J’essaie de m’équiper petit à petit en achetant dans griffes à frapper par ci, un tranchet par là… Dans l’espoir d’arriver à être modestement mais suffisamment équipée pour faire des petites réalisations sympas et le plus propre possible.

    J’espère encore avoir l’occasion de suivre tes aventures en matière de maroquinerie, elles sont très instructives!!!

    • Ah cool, j’espère que je pourrai faire une vidéo à l’école aussi, ils sont au taquet niveau machines!
      Je te suis depuis un bon moment, et notamment sur tes réalisations niveau cuir (j’avais été épatée par les chaussures et le travail de recherche que tu faisais) et je suis impressionnée par tes résultats.
      Je crois que je ne suis clairement pas une autodidacte.
      J’essaie de m’équiper peu à peu, mais en fait, j’ai déjà du mal à me décider si je veux faire plus de la couture main ou machine (ta machine coud bien le cuir?), et une machine industrielle ça prend une certaine place dans un appart parisien…
      Pour l’instant, j’ai 2 griffes, 2 alènes et 1 fil noir, voila voila^^, le reste je l’ai en formation, mais il faut bien que je pense à l’après, je vais être tellement frustrée si je ne peux rien faire!
      J’ai même pas de colle néo, de teinture..mais oui, mis bout à bout, c’est un sacré budget!
      Si jamais tu as des points que je pourrai éclairer, n’hésites pas 😉

      • Ma machine n’est pas trop mal pour coudre du cuir (Bernina 215). Avec une aiguille spécial cuir et le pied « roulette », j’arrive à coudre correctement. Mais il est clair qu’elle n’est pas faite pour ça, donc elle a ses limites… J’aimerais bien m’essayer à la couture à la main du coup. Je me suis acheté griffes mais je ne me suis pas encore lancée… J’ai justement un projet en stand by que j’aimerais coudre à la main. Du coup, je vais certainement te poser quelques questions quand je m’y mettrai…

        • Avec plaisir pour te répondre pour la couture à la main, ça permet d’autre possibilités pour le travail du cuir et c’est super solide aussi.
          Je suis pas une pro de la couture à la main (les niveaux dans la classe, après 3 mois de formation sont divers, je crois qu’il y a un amour de la couture main déjà, du travail, de la patience, et une facilité dans l’exécution du geste, je crois vraiment que c’est la combinaison des 4 critères qui fait une bonne couture) (moi c’est clairement le travail, la patience et la facilité qui me manquent en fait^^), mais cela dit, rapidement on peut réussir à faire une jolie couture plate au moins sur le devant (le must c’est d’avoir le derrière plat évidemment).
          Après, avec les griffes (griffes de combien?), un maillet, du fil, de la cire, et même sans pince à coudre, on peut faire de jolies choses (jamais essayé sans pince à coudre, mais une nana de la formation fait ça chez elle sans problème, c’est juste moins ergonomique et pratique)
          en tt cas, n’hésites pas!

Au plaisir de vous lire!