Maroquinerie, sac parachute

Hello les filles!

Allez, c’est le printemps, on y croit, je reviens!

Ce n’est pas l’envie qui m’en manque, mais en couture, j’avoisine les 0 vêtements depuis quelques mois (on ne peut pas être partout^^) (par contre pour faire des km de guirlandes méga kitch en mode « c’est la fête forraine chez moi », ya du monde..) (la couture a ses raisons que la raison semble ignorer).

(Oui oui je ne vous mentais pas..et j’ai profité d’un dimanche pour découper dans TOUTES MES CHUTES DES TRIANGLES) (quelle idée…).

Enfin à la base, ça partait d’une noble intention d’offrir ceci à ma toute nouvelle filleule! Mais en attendant de rentrer en Bretagne, elles sont bien mieux sur mes murs^^

(bon les tâches noires, elles se déplacent mais apparaitront sur toutes les photos, j’ai pété mon appareil photo de mon portable, et je suis limite contente que les dégâts ne soient pas pires). Ce n’est pas prévu du tout au programme d’en acheter un autre, du coup, je me suis achetée une coque pour les mecs qui font des travaux dans le bâtiment (la fille elle achète une coque après avoir pété son portable…). Mais rose. (vous savez les coques énormes avec du caoutchouc sur tous les côtés, c’est à bibi!). Mais rose! 🙂

Bref, passons aux choses sérieuses, je vais vous montrer différentes étapes d’un sac qui faisait parti d’un projet de l’école de la chambre syndicale de couture de paris (ne m’en demandez pas plus, j’ai juste compris que c’était une école où beaucoup de grands stylistes en sortaient) (oui, je ne travaille qu’avec les meilleurs…^^)

Ou pas. Enfin je veux dire, j’aurais pu m’abstenir, tant faire ce projet n’a pas une partie de plaisir à tous les étages, m’enfin avec un peu de recul, c’était quand même formateur et ça permettait de se poser des questions techniques hors cadre de la classe où on a, mine de rien des plans de montages (sorte de fiche technique) pour nous guider sur chaque étape.

Allez, c’est parti pour le dessin de base, l’inspiration du styliste :

Inspiration de monde du parachute donc

A ce stade ci, on ne voit pas encore la grandeur, que dis-je, la démesure de la bête.

Après, on commence le travail des gabarits sur du carton.

Ensuite, dans du simili-cuir afin de valider le modèle. (et donc, on retouche les gabarits de carton si cela ne convient pas) (et je vous la fait courte, ça ne convient jamais du premier coup^^).

On essaie une couture anglaise dans du simili.. (et ensuite dans du cuir, ça passe, mais ce n’est pas à recommander)

Voila le sac en simili cuir :

Le rouge : du vrai cuir, le gris : du tissu.

En gros, un sac en tissu soutenu par deux pans en cuir.

Le travail de la face A

le travail de la face B    

Pas facile de travailler de si gros volumes  

 

Le plus dur dans un projet comme ceci, c’est de faire le premier gabarit et donc de faire son propre plan de montage, et de ne rien oublier, de se visualiser la logique du montage, sans l’avoir déjà monté donc.

D’où quelques erreurs de ma part à coller, décoller, coudre, découdre (et dans le cuir, c’est moins top..). Heureusement, ça ne m’est arrivé qu’un fois dans le cuir … et c’était un coté qui ne se voyait pas (la chance du débutant!)

(c’est du crayon argenté sur les photos, mais je le mets juste à l’intérieur où je vais coller les anses)

 

Et…voila porté!

On en reparle de la démesure du sac? (

Un peu moins flagrant quand c’est porté par un grand! (les anses sont réglables).

 

Bon, franchement, c’est pas forcément portable au quotidien, c’est plus une pièce « image » pour aller avec les silhouettes du styliste.

(enfin cela dit, le styliste était vachement content de pouvoir y mettre ses portefolios..donc bon, si le styliste est content de ma réalisation, après tout)

J’espère que le détail de ce « petit » projet vous aura plus!

Je reviens la prochaine fois avec quelque chose de plus commun 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Au plaisir de vous lire!