Interview capillaire d’une frisée!

Bonjour les filles, 

Aujourd’hui, j’ai la pression de présenter l’interview capillaire de la très célèbre wizzz (faut être une initié, je vous le concède), mais pour vos yeux ébahis, j’ai réussi à l’interviewer, et je n’ai aucun doute que son historique capillaire et ses soins prodigués vous apporteront des lumières à vos lanternes. Je suis une fan de sa plume, de son style, de ses histoires, et finalement, c’est mieux pour tout le monde si elle n’ouvre pas de blog, parce que cela nous anéantirait toutes! Ok ok, je ne suis pas objective, mais je vous invite à lire son interview du feu de dieu, super renseignée et imagée sur les cheveux frisés.

En exclusivité! (si je vous fais pas un remake des oscars la..^^) (je suis la seule à trouver qu’elle ressemble à Audrey Tautou au fait?) (et puis je SAIS que vous êtes fan des historiques capillaires!)

 

Comment décrirais-tu ta nature de cheveux, ta longueur et ta couleur ?

Oui partons du commencement !

Bon disons les choses simplement : Je m’appelle Anaïs ( ou Wizzz ma couverture), j’ai 25 ans et demi, et j’ai des cheveux frisés très serré. Selon la «  classification officielle  d’Andrew Walker » ( c’est sérieux et documenté ma réponse attention!) j’ai une chevelure de type 4a avec des mèches d’avantage 3C et d’autres 4b. En langage normal je décrirais mes boucles comme des petits tire bouchons ( on est une poch’ ou on ne l’est pas…) avec des mèches en zig zag plus lâches et d’autres plus mousseuses/crépues.

Wizz cheveux bouclés

Aussi incroyable que cela puisse paraître mes cheveux sont fins et cassants. Ce qui est dû à leur structure : les cheveux frisés sont de section plate un peu comme du bolduc et souvent assez fins. Quand je les lisse je me rend compte qu’ils sont vraiment fins comme des fils de soie et qu’ils n’ont aucun volume… Mais je compense la finesse par une implantation très serrée et basse sur le front et la nuque. J’ai beaucoup de cheveux au point qu’il est difficile de voir mon crâne.

Mes cheveux sont très secs et déshydratés car mon cuir chevelu est également sec et ne produit quasi pas de sébum. Il fait parfois des siennes avec des plaques d’irritations et des pellicules sèches mais je pense avoir trouvé comment régler le problème.

J’ai les cheveux naturellement châtain moyen à reflets dorés. Mais les hennés et les colorations de ces dernières années m’ont donnés une couleur plus chocolat/cuivré que j’aime bien aussi. Mes cheveux à cause de leur structure et de leur sécheresse ne renvoient quasiment pas la lumière et paraissent souvent ternes.

interview capillaire cheveux frisés interview capillaire cheveux frisés

Pour ce qui est de leur longueur… haaaaaa c’est toute la magie des cheveux frisés !

On va dire qu’ils sont mi-long. Secs et sans tirer dessus ils m’arrivent à la mâchoire pour les mèches de devant et à mi-nuque pour les mèches de derrière… Mouillés sans tirer dessus ils tombent à la naissance du cou. Quand j’étire une mèche avec mes doigts ils sont aux épaules voire en dessous de la clavicule. J’ai eu les cheveux plus long, et aussi plus courts mais c’est la longueur intermédiaire qui me va le mieux et qui est la plus facile à entretenir. Je dois pouvoir les attacher facilement (donc pas trop court) et qu’ils gardent une jolie forme une fois lâchés ( donc pas trop longs pour garder un beau volume bien rond).

Ils poussent en moyenne d’un cm par mois. Plus vite en été et moins en hiver. Ils cassent très facilement par contre ce qui fait que j’ai du mal à garder de la longueur… j’ai très facilement des fourches et des « fairy knot » ( le cheveu qui se noue sur lui même, ça arroche davantage et fini par casser et donc créer une fourche)

Voilà j’ai fait des photos mais bon sang c’est pas facile de se photographier soi même les cheveux !! surtout avec un portable ! Avec en sus une petite rétrospective de l’évolution de ma frisure….

interview capillaire cheveux frisés

photo 1 : à 6 ou 7 ans j’avais encore les cheveux souples et des grosses boucles. Mais courts déjà. J’ai pas retrouvé de photos où je les avais longs plus jeune.

interview capillaire cheveux frisés

Photo 2 : à peu près au même âge mais avec une crevette sur le nez. J’essaye de laisser pousser les cheveux.

interview capillaire cheveux frisés

Photo 3 : à 9/10 ans : j’ai retrouvé mes cheveux longs et ceux ci commencent à friser plus serré. La est-il besoin de préciser que c’est haloween ? J’ai les cheveux brossés sinon ils étaient moins mousseux.

interview capillaire cheveux frisés

Bon là on ne voit pas grand chose l’image est toute déformée, mais j’ai 12 ans et ça y est mes cheveux virent du côté crépu de la force.

interview capillaire cheveux frisés

Aouch cette photo est immonde… j’étais pas top top à cette époque : j’ai 19 ans 10 kilos en trop et je vient de me faire tex laxer les cheveux . Ils sont longs mais la texture est très étrange

 

Depuis quand t’intéresses tu à ta chevelure ?

Oulà… heu je dirais depuis toute môme car même si javais les cheveux moins frisés ( boucles plus lâches) les séances de démêlage/coiffage étaient épiques…

Je n’avais pas les cheveux comme mes copines et ça m’embêtait, surtout quand ma mère les à fait couper courts ! Maintenant je trouve ça joli comme tout mais à l’époque je détestais qu’on me prenne pour un « mignon petit garçon » ! et surtout je ne pouvais pas faire de coiffures ! Et en primaire je devais toujours jouer Mélanie C (ou B je ne sais jamais) des Spices Girls ( ouai souvenir old schoool toi même tu sais ce que c’était que de grandir dans les années 90!)

J’essaye de les faire pousser mais avec l’adolescence mes cheveux frisent de plus en plus serré et deviennent peu à peu crépus… La période du collège a été particulièrement pénible car je cumulais avec des lunettes de bigleuse et un appareil dentaire. En 6ème 5eme on se moquait de moi si je les détachais ! Même un prof une fois a eu une remarque déplacée sur ma « touffe ». Charmant. Sinon les surnoms étaient toujours les mêmes : la gouffa, jackson five, mouton, la touffe, le champignon… rien de méchant mais à l’adolescence disons que ça n’aide pas.

Résultat j’étais toujours coiffée pareil : cheveux tirés en arrière et chignon. Je ne savais surtout pas comment m’en occuper car il existait très peu de produits pour cheveux frisés / ethniques ( alors que je suis blanche comme un c*l hein) en magasins. Surtout dans ma campagne. Il y avait aussi très peu d’informations et dans ma famille personne n’a les cheveux aussi frisés que les miens. Même si mon père et ma mère ont les cheveux frisés, les boucles sont plus grosses et ils portent les cheveux plutôt courts tous les deux. Ma petite sœur a longtemps eu les cheveux raides puis ils ont frisé à l’adolescence mais pour former des grosses anglaises très souples.

J’ai donc développé des techniques empiriques pour m’en occuper : comme ne pas rincer entièrement mon démêlant, ne jamais passer une brosse dans les cheveux secs, démêler uniquement lorsqu’ils sont trempés et plein de d’après shampoing , pas de sèche cheveux, les laisser sécher en les étirant avec des tresses, mettre de l’huile …J’utilisais les produits John Frieda, surtout le sérum uniquement composé de silicone pour les gainer. La gamme ultra doux à l’avocat aussi est un inconditionnel de l’époque ainsi que les différentes gamme le petit marseillais pour cheveux secs.

Au sortir du lycée j’apprends à de me détacher les cheveux plus souvent et peu à peu à accepter ma gouffa de « black au teint de bidet ». C’est aussi le développement d’internet, de youtube ! Je commence à trouver des infos et des techniques auprès du mouvement « Nappy » naissant. Des vidéos de filles qui arrêtent le défrisant et apprennent à apprécier leurs cheveux crépus. Elles utilisent des produits américains trop cool, des coiffures et des routines élaborées, les mots « twist out » « braid out » «  vanilles » « cowash » « nopoo » « shrinkage »… rentrent dans mon vocabulaire. Je rêve de me refaire faire des tresses avec des rajouts comme une coiffeuse franco-malienne m’avait fait un été pour être tranquille. Je commence à me coiffer seule en faisant des « vanilles » (ou « twist » en anglais, deux mèches enroulées l’une sur l’autre) ce que je faisais étant plus petite sans savoir que ça portait un nom ! J’avais déjà remarqué que lorsqu’on défaisait les vanilles ça faisait une jolie frisure sur mes mèches de devant devenues quasiment lisses à force de tirer dessus…

A force de trainer de blog en blog j’ai appris plein de choses, sur les cheveux frisés d’une part pour sur les cheveux en général. Je me suis passionné pour les questions capillaires en général. D’autant que j’ai toujours aimé coiffer les autres ( les cheveux raides me semblent tellement faciles d’entretien par rapport aux miens que je les coiffe avec beaucoup de plaisir!). Je fais du théâtre, et la question des costumes et donc de la coiffure et du maquillage de scène m’intéresse aussi beaucoup. J’ai coiffé des amis comédiens pour des spectacles, fais des recherches sur des coiffures historiques etc…

J’étais aux premières loges quand les controverses sur les ingrédients synthétiques sont arrivées, j’ai lu beaucoup ( et je continue!) et découvert beaucoup de blogs notamment via Hellocoton ( mais on en reparlera dans la réponse à la question dédiée ! )

 ….

To be continued…

Ahah c’est frustrant hein, je sais! Mais la suite au prochain épisode! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 réflexions au sujet de « Interview capillaire d’une frisée! »

  1. Comme je suis trop émue! je vais sans doute verser une larme!

    blague à part ça fait tout bizarre de se voir sur la toile mondialisée!

Au plaisir de vous lire!