Interview capillaire d’une frisée – partie 2

Hello! 

Alors si vous avez loupé le premier épisode, c’est par ici! (Et à voir vos likes, vous appréciez plus l’historique capillaire de ma chère Wizzz que tout ce que je vous fais) (je vous jure, quand on a un blog, faut pas être susceptible…aha).

Alors est ce que c’est parce que vous en avez marre de voir ma tronche (c’est normal, moi aussi ça m’arrive..^^) ou parce que sa plume est d’une beauté sans nom (je ne vous l’avez pas dit hein?;).

Allez, en route pour la seconde partie!

 

Historique capillaire, pire erreur de coloration ou de coupe ?

Bon pas de grosse casserole désolée… mais quand même quelques errances…

Première « casserole » à 7 ou 8 ans je crois : ma mère n’arrivant plus à me démêler l’arrière du crâne a l’idée lumineuse de me faire raser quasi à blanc la nuque. L’idée lui est venue en croisant une fille avec la nuque rasée dans la rue ! J’ai beau lui dire que cette fille était probablement punk ( avec le recul je ne vois que ça) elle n’en démord pas !

En fait j’étais trop hype à 8 ans : j’ai lancé la mode des cheveux longs à moitié rasés ! Les différences de longueurs à rattraper ce fut comique…

J’ai parlé de la première fois où je me suis fait tresser les cheveux avec des rajouts plus haut, c’était assez épique ! Pour passer un été tranquille sans avoir à m’occuper de mes cheveux ma mère a trouvé une coiffeuse black pour venir à domicile me tresser avec des rajouts ( exploit dans la campagne). La pauvre femme a mis 8 heures pour me tresser la tête. Et bon sang que ça tire ! J’ai eu mal au crâne une semaine entière. Comme une bleue j’ai gardé les tresses deux mois, sans soin particulier, en allant me baigner avec ma cousine dans les rivières… autant dire que lorsque je les ai défaite ça sentait la vase… c’était dégueulasse…. et mes cheveux avaient morflés ! Car on ne garde pas aussi longtemps des rajouts, surtout sans en prendre soin !

interview capillaire cheveux frisés
J’ai refais des rajouts MOI MEME (haha la fierté) l’hiver dernier c’était cool j’ai pu jouer à Pocahontas avec des looooooongs cheveux. Du coup c’était lourd sur le crâne, mais j’étais ravie ! Je les ai gardé un mois et demie, c’était presque trop mais quelle liberté pas de démêlage pendant un mois…. J’ai gardé les mèches et si j’en refait je tresserai moins long pour avoir un poids raisonnable et pouvoir me coiffer différemment. L’avantage avec des tresses c’est qu’on est heureux de retrouver ses cheveux après les avoir ôtées ! Bref c’est cool pour faire un break et moins manipuler ses cheveux. Et puis ça fait des économies de produit !

Deux essais de défrisage également : la première fois à la maison vers 14 ans. Un échec … Déjà le produit PUE la mort et l’ammoniaque à fond c’est une infection. Ensuite ça brûle le crâne méchamment, tellement que je n’ai pas laissé posé assez longtemps. Du coup ça m’a vaguement défrisé les cheveux, mais pas partout pareil mais ça m’a surtout abîmé irrémédiablement les cheveux et le cuir chevelu. J’ai toujours une boite de ce produit quelque part qui attend que je le mette à la benne…

Deuxième expérience avec le défrisage c’est cette fois entre les mains d’un professionnel. N’en pouvant plus de mes cheveux après quasiment 3 ans sans voir un coiffeur je décide d ‘essayer un coiffeur pour cheveux black et métissés à Lyon où je suis partie faire mes études. J’explique ce que je veux : juste détendre mes cheveux pour avoir des boucles moins serrées… et c’est exactement ce que j’ai eu… Il a laissé poser le produit la moitié du temps recommandée. Je me souviens qu’avant de couper les parties abimées et une fois défrisés , mes cheveux étaient à mi dos… ce qui est juste énorme comme longueur . Mais les tifs étaient si abimés ( encore plus après avoir subit un coup de défrisant) que le coiffeur à dû couper 18 bons cm. J’ai eu les cheveux très bizarres après ça. Toujours autant de volume mais plus de vraies boucles, tout juste des vagues ondulations… du coup je bouclais mes cheveux pour essayer de leur donner forme. Mais le pire fut quand les repousses sont arrivées : deux textures à gérer c’est juste l’enfer ! Je me suis donc jurée de ne plus les défriser, surtout que je sais maintenant que les cheveux raidis au fer ne me vont pas vraiment non plus.

Plus de défrisage (ou plutôt de tex-lax) mais c’était avant que la déferlante Lissage Brésilien arrive… l’arnaque ce truc….

Comme je trouvais que 200 balles en salon c’était hors budget, j’ai attendu que des kits à faire soi même arrivent dans le commerce. Je commande donc ma boite sur le site de référence à l’époque, 60 euros en promos pour deux petits tubes et je me mets à l’ouvrage… c’est long ! Et vue la fumée toxique qui sort du lisseur je dois être bonne pour le cancer généralisé à l’heure qu’il est… Tout ça pour un résultat très très décevant. Certes , les cheveux se démêlent plutôt bien après mais juste pendant 10 -20 jours . Après ça s’estompe sauf que les cheveux restent imperméables à tous les soins que tu peux mettre dessus. Le seul avantage du lissage brésilien c’est de m’avoir donné le réflexe « sans sulfates » pour mes shampoings ce qui a réglé en partie le problème d’irritations du cuir chevelu !

J’ai commenté sur ton blog ma période « d’errance colorimétrique » de l’année passée… comme j’avais enfin laissé mes boucles tranquilles il fallait bien que je trouve une nouvelle lubie… ce fut la couleur mais attention nâââ-tûûû-reel, la folie du henné étant passé par là sur les blogs. J’ai dû faire 15 hennés en l’espace d’un an et demie plus des colorations type Herbatint et Color&Soin pour rectifier la couleur que j’obtenais. Le tout avec des périodes « dégorgement » (lait de coco, argile et plantes aryurvédiques) car mes cheveux avaient trop pris de pigments, puis de la décolo « progressive » (la gelée éclaircissante de Garnier) pour tenter de retrouver mes reflets dorés et surtout corriger mes cheveux bi-goût clairs aux racines et noirs à mi-longueur !!!!

Bon beaucoup de temps et d’argent pour me rendre compte que les poudres me dessèchent à fond les tifs et que le henné n’est pas miraculeux pour la brillance et le gainage sur mon type de cheveux…

Ca fait 2 ans et demie environ que je n’ai plus mis les pieds chez un coiffeur, car je n’ai jamais trouvé ciseau à mon scalp ! Je fais peur aux coiffeurs conventionnels qui ne savent pas s’occuper des frisettes ( car personne ne leur apprend en école de coiffure…) j’étais bien souvent obligée de me démêler les cheveux moi même, ils ne prenaient pas en compte le fait que mes cheveux remontent une fois secs. Ils n’arrivent pas à donner une jolie forme, les produits utilisés sont vraiment cracra et payer un supplément de 10 euros pour « un soin » ( Greluche, je sais bien que ton soin c’est du bête après shampoing laissé sous un casque ¼ d’heure…) et puis le bac qui me fait mal à la nuque et surtout LES REFLEXIONS !!! rahh mais vos gu*les ! La dernière fois dans c’est une réflexion limite raciste : « d’où vous tenez ces cheveux ? » «  je ne sais pas je suis la seule dans la famille à les avoir aussi frisés, je n’ai pas d’origines particulières » «  ah bah votre facteur devait s’appeller Mamadou hahahahahahaha » « HEUUUUUU MAIS WHAT ???? »

De quoi je me mêle ? Quand j’y repense j’aurai du partir sans payer et faire un esclandre… Les deux fois où je suis allée dans un salon « ethnique » j’ai eu des réflexions également sur ma couleur de peau ( je suis très pâle), mais les deux filles qui se faisaient coiffer à coté de moi semblaient envier mes boucles. D’ailleurs j’allais dans des salons pour black en pensant qu’ils sauraient au moins manipuler des boucles mais que dalle ! Le cheveux crépu est systématiquement planqué : soit défrisé, soit tressé, soit rasé sous une perruque ou un tissage (technique qui consiste à tresser les cheveux naturels très serrés contre le crane puis de venir coudre sur ces tresses des rajouts de cheveux )

Bref j’en était où ? Ha oui les coiffeurs… beaucoup d’argent ( la différence de prix homme/femme on en parle???) pour de la prise de tête moi je dis non. 30 euros investis dans une paire de ciseaux de coiffure et zou je fais ça moi même !

J’ai pas raconté la fois où j’ai choppé des poux à 17 ans (est-ce qu’on veut vraiment savoir ? Mais je raconte ma vie capillaire alors autant aller jusqu’au bout!)… l’angoisse totale d’avoir à me raser la tête… Surtout qu’on m’avait toujours dit que les cheveux frisés n’attrapaient pas de poux. Comme j’ai traversé tout le primaire et tout le collège sans en chopper, quand ma sœur en a rapporté à la maison je me suis pas inquiété… même après 3 semaines de grattage de tête…. « mais non c’est le stress des exams » ( « prends un Bio de Dano TA GUEULE »). Mais quand même c’est zarb ces petits grains noirs sous les ongles quand je me gratte…. ces petits grains noirs c’était des crottes de poux…. han l’horreur quand j’y repense…. je me suis démêlé les cheveux en sortant de la douche et là dans la brosse des tas de trucs qui courent….. je regarde sur mon crâne et là….l’élevage !

J’étais interne au Lycée et j’en ai chialé car en 3 semaines j’avais eu le temps d’élever au moins 16 générations de poux… Le week-end je rentre chez moi et là branle bas de combat ! Paranix à la rescousse. C’est un anti poux sans insecticide : ça étouffe les poux avec le silicone et la paraffine du produit parfumé à l’anis. En gros tu sens le Pastis à plein nez pendant les 3 semaines du traitement ( il faut recommencer une fois par semaine pendant 3 semaines). Ils meurent étouffés, c’est terriblement satisfaisant comme affaire ! Bon après s’il faut une preuve que la paraffine et le silicone sont occlusifs….

Le passage du peigne à lentes fut une torture…. C’est long et ça abîme les cheveux car on avait acheté un peigne spécial qui déchiquette les lentes en plus de les décoller des cheveux. Ça ne déchiquette pas que les lentes si on a le malheur de prendre des mèches de plus d’un micron d’épaisseur…BREF rien que d’en parler j’ai des démangeaisons ! Alors stoppons là !

 

Ehé, toujours aussi bon n’est ce pas?! J’allais le faire en deux parties, puis finalement, puisque vous êtes des ingrates qui préférez les histoires des vraies frisés, je vous le fait en 3 parties! 

Et je vous jure que la dernière partie envoie du lourd pareil..^^

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réflexions au sujet de « Interview capillaire d’une frisée – partie 2 »

Au plaisir de vous lire!